École normale supérieure

L’Europe

Valence


Les photographies présentées ici sont librement disponibles pour une utilisation pédagogique. En revanche, toute utilisation pour une publication ou reproduction sur un site Web ne peut se faire qu’à la stricte condition de citer la source  et l’URL de cette page avec la date de consultation.

Pour accéder aux photographies et aux commentaires, il suffit de cliquer sur l’image.

Portfolio

(Panorama urbain) :: Vue du clocher de la Cathédrale de Valence. Valence est une ville contrastée, avec un centre ancien bien rénové (ici, au premier plan), entouré de quartiers dégradés (au plan moyen) et enfin de périphéries marquées par des immeubles de plus grande hauteur (à l'arrière-plan). © Eloïse Libourel, 2011 (Panorama urbain (bis)) :: Vue du clocher de la Cathédrale. Les quartiers dégradés de la ville jouxtent la Cité des arts et des sciences futuriste (à droite), elle-même à proximité immédiate du port industriel (à l'arrière-plan). © Eloïse Libourel, 2011 (Turia) :: Les "Jardins du Turia", aménagés dans l'ancien lit du Turia (petit fleuve au débit quasi nul en temps normal, dont le cours a été détourné hors de la ville) sont devenus un parc de 12km de long séparant e centre ancien et des quartier plus récents et relativement riches. © Eloïse Libourel, 2011 (Plaza de Manises) :: Dans le centre, la plaque de la Plaza de Manises, du nom d'une petite ville de la périphérie de Valence, est réalisée en faïence, spécialité reconnue de ladite ville. © Eloïse Libourel, 2011 (Centre-ville) :: Dans le centre rénové subsistent des friches. Ici, un mur clôturant le terrain laissé vide par la destruction d'un immeuble vétuste. © Eloïse Libourel, 2011 (Pan de mur) :: Ailleurs, un pan de mur d'un bâtiment effondré subsiste, mais menace... © Eloïse Libourel, 2011 (Sagan) :: Sur les murs des friches du centre-ville, des grafittis : ici, hommage inopiné à Françoise Sagan. © Eloïse Libourel, 2011 (Resto français) :: Dans le centre, devanture d'un bistro français "El Bicho raro" ("La drôle de bestiole"). © Eloïse Libourel, 2011 (Farces et attrapes) :: Place Lope de Vega, dramaturge espagnol, une boutique de farces et attrapes à la devanture ornée de masques. © Eloïse Libourel, 2011 (Horchateria) :: Les "horchaterias" sont des cafés où l'on sert en priorité du jus d'"horchata" et autres préparations à partir de ce fruit très régional. © Eloïse Libourel, 2011 (Boutique vide) :: Dans le centre, de nombreuses devantures en faïence de Manises ne sont plus que les façades de commerces fermés. © Eloïse Libourel, 2011 (Avenue de France) :: Entre le Turia et le port, l'Avenue de France, terrain vague en pleine ville. © Eloïse Libourel, 2011 (Disponible) :: Illustration de la crise du logement en Espagne : près de la gare, terrains disponibles sur une friche urbaine. © Eloïse Libourel, 2011 (Cité des arts) :: La Cité des Arts et des Sciences, dessinée par les architectes Calatrava et Candela, est un symbole de la ville de Valence. Cette construction futuriste dans le lit du Turia fait partie d'une politique de grands travaux d'embellissement et de prestige. © Eloïse Libourel, 2011 (Oceanografic) :: L'Oceanografic est l'un des éléments de la Cité des Arts et des Sciences, dédié à la mer. Il se situe derrière un pont dont la structure imite une voile. © Eloïse Libourel, 2011 (Plage et port) :: La plage de Valence, longue de plusieurs kilomètres, débouche sur le port de plaisance au sud, et sur le port industriel, en arrière-plan. © Eloïse Libourel, 2011 (Port) :: Les infrastructures portuaires mèlent divers types d'activités. Le terminal à passagers accueille ici un ferry en provenance des Baléares (ligne régulière). Mais des portiques de déchargement dans le même bassin témoignent de l'importance du fret maritime, y compris sur les courtes distances. © Eloïse Libourel, 2011 (Portique) :: Un ancien portique de déchargement, érigé en monument au fond de la darse Juan Carlos I, témoigne de l'ancienneté du trafic portuaire. © Eloïse Libourel, 2011 (Port industriel) :: La fonction industrielle du port est marquée dans le paysage, au contact du centre-ville, par des entrepôts et des silos. © Eloïse Libourel, 2011 (Vells e Vents) :: "Vells e Vents" (Voiles et Vents en Catalan) est le bâtiment principal construit pour la Coupe de l'América de 2007 et de 2010. © Eloïse Libourel, 2011 (Conteneurs) :: Entre rappel de l'activité du port à conteneurs et caractère festif des événements sportifs, la darse Juan Carlos I, désormais darse de plaisance et site de la Coupe de l'America, accueille des conteneurs financés par Heineken, à la fonction douteuse. © Eloïse Libourel, 2011 (Station service) :: Repsol, pétrolier espagnol, possède les stations service pour bâteaux de plaisance dans la darse Juan Carlos I. © Eloïse Libourel, 2011 (Affiches Cup) :: La Coupe de l'America à Valence est un événement marquant, notamment parce qu'il a permis la rénovation du port de plaisance. Il est célébré par des panneaux le long des quais ainsi que par les plaques d'égout. © Eloïse Libourel, 2011 (Bateau) :: Les berges ont également été réaménagées pour l'occasion. Ainsi, la promenade de bord de mer accueille quelques oeuvres d'art, comme cette sculpture-fontaine en forme de voilier. © Eloïse Libourel, 2011 (Valenbisi) :: Valence s'est équipée d'un système de vélos en libre service : ValenBiSi. © Eloïse Libourel, 2011 (Maisonnette) :: Des cultures subsistent entre les bâtiments imposants du campus universitaire, mais aussi de petits logements, à l'image de cette maisonnette entourée de son jardin. © Eloïse Libourel, 2011 (Université) :: Le nouveau campus universitaire, au nord de la ville, a été construit sur des terrains agricoles. L'ensemble des terrains ainsi conquis par la ville n'est pas encore bâti et des cultures subsistent. © Eloïse Libourel, 2011 (Falla JS) :: En mars, les Fallas, fête populaire, se tiennent à Valence. Pendant une à deux semaines, chaque quartier érige des sculptures en bois et carton, représentant des élus, des personnages publics, des attitudes... de manière caricaturale. Ces monuments éphémères seront brûlés dans la nuit du samedi au dimanche dans une grande fête populaire. © Eloïse Libourel, 2011 (Falla Marché) :: Près du marché, une autre Falla, composée de personnages de BD et de Manga. La nacelle jaune est celle qu'utilisent les ouvriers pour faire les finitions. Elle donne une idée de l'échelle de la sculpture. © Eloïse Libourel, 2011 (Falleras) :: Les Falleras sont les femmes habillées en costume traditionnel pour l'occasion. Elles défilent dans les rues de Valence, par quartier, le samedi. Ce sont elles qui pleurent les Fallas que l'on brûle pendant la nuit. © Eloïse Libourel, 2011 (Madonne) :: Devant la Cathédrale, la Vierge est érigée sur une structure en bois. Elle ne sera pas brà »lée, mais pendant le même week-end, cette structure est garnie de fleurs qui lui font une robe. © Eloïse Libourel, 2011 (Estacio del Nord) :: L'Estacio del Nord (Gare du Nord) est la gare principale de Valence. Oeuvre moderniste de l'architecte Demetrio Ribes, elle est inaugurée en 1917. Le projet de gare centrale souterraine la videra de son activité ferroviaire. Mais le bâtiment classé sera conservé. © Eloïse Libourel, 2011 (Intérieur de la gare) :: Le hall de la Estacio del Nord est en bois et mosaïque. Les guichets anciens sont toujours fonctionnels. "Bon voyage" est écrit sur les murs dans plusieurs langues (ici, en grec). © Eloïse Libourel, 2011 (Joaquin Sorolla) :: La gare Joaquin Sorolla, du nom d'un peintre valencien, est à 700m de la Estacio del Nord. Elle a été construite aux normes pour accueillir les trains à grande vitesse. Mais sa structure en panneaux de serre et en tôle ondulée est destinée à être démontée, dès que la gare souterraine sera inaugurée (à une date encore bien incertaine...). © Eloïse Libourel, 2011 (AVE) :: Dans la gare Joquin Sorolla, un AVE (Alta Velocidad Espanola), TGV espagnol. Il est construit par l'espagnol Talgo en coopération avec le canadien Bombardier. Sa forme lui vaut le surnom affectueux de "el pato" (le canard). © Eloïse Libourel, 2011 (Entrée en gare) :: Vue d'une passerelle. L'AVE arrive à Valence en traversant les quartiers sud de la ville. Les voies, qu'une seule passerelle permet de traversée, sont une coupure majeure. © Eloïse Libourel, 2011 (Passerelle) :: Une seule passerelle permet de traverser les voies, en amont de la gare. Elle est relativement vétuste, n'est dotée d'aucun dispositif de sécurité contre les chutes ou les arcs électriques et relie deux quartiers dégradés de la ville. Le projet Valencia Parque Central, qui prévoit d'enterrer la gare et les voies et de créer un parc urbain sur les friches ferroviaires a pour ambition de mettre fin à cette situation et de valoriser les quartiers voisins. © Eloïse Libourel, 2011 (391km) :: 391km : la distance entre Valence et Madrid par le rail. Cette imposant panneau en 3D trône le long de la façade de la gare Joaquin Sorolla et fait partie de la promotion de l'arrivée de l'AVE dans la ville en 2010, événement hautement politisé. © Eloïse Libourel, 2011 (Métro/AVE) :: La gare Joaquin Sorolla ayant été construite le long des voies existantes, elle est éloignée de 200m de la station de métro la plus proche. Pour se repérer, ADIF (gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire) et MetroValencia ont mis en place un marquage au sol. © Eloïse Libourel, 2011

Contact

Leïla Vignal

Directrice du département
48 boulevard Jourdan - 6e étage, bureau 31
75014 Paris

leila.vignal@ens.psl.eu

Romain Leconte

Directeur des études
48 boulevard Jourdan - 6e étage, bureau 33
75014 Paris

romain.leconte@ens.psl.eu

Jean-Etienne Nguimbous

Gestionnaire administratif
48 boulevard Jourdan - 6e étage, bureau 34
75014 Paris

Tel. : 01 80 52 13 40

jean-etienne.nguimbous@ens.psl.eu

 

 

Plan