École normale supérieure

La France

La Corse


Les photographies présentées ici sont librement disponibles pour une utilisation pédagogique. En revanche, toute utilisation pour une publication ou reproduction sur un site Web ne peut se faire qu’à la stricte condition de citer la source  et l’URL de cette page avec la date de consultation.

Pour accéder aux photographies et aux commentaires, il suffit de cliquer sur l’image.

Merci à François Saur pour les photographies et les commentaires.

Portfolio

(Forteresse de Corte) :: La forteresse de Corte surmonte des ophiolites (rocheà appartenantà à une portion de lithosphère océanique), témoins de l'histoire complexe de la Corse. Corte est à la limite entre la Corse ancienne et la Corse alpine. Cette dernière forme un ensemble de nappes charriées au crétacé et à l'éocène sur la Corse granitique ou hercynienne. La couleur verte des ophiolites est visible juste sous la forteresse. En arrière plan on peut observer la première écaille qui forme le sommet des montagnes qui entourent Corte.à © François Saur (Colonisation végétale) :: Dans la vallée de la Restonica, dans sa partie basse, un exemple de début de colonisation d'une paroi granitique. On peut observer le premier stade de la colonisation par des organismes élémentaires : algues unicellulaires maisà aussià des lichens qui se développent de façon circulaire et des champignons. Ces premiers éléments de conquête végétale seà nourrissentà des éléments minéraux produits pas l'altération de la roche (hydrolyse). On ne voit pas encore d'humus, bien qu'il commence à à apparaîtreà dans les creux de la roche occupés par les lichens.© François Saur (Paroi granitique) :: Cette paroi de granit très lisse est la marque d'un ancien verrou qui ferme le lac de la vallée de la Restonica proche de Corte. On observe quelques traces d'érosion glaciaire qui sont le fait de petits glaciers locaux qui ont existé en Corse lors du pléistocène. ces traces sont rares mais montrent l'existence d'une glaciation en Corse sur les plus hauts sommets (on se trouve ici à 1800 m). © François Saur (Porto Vecchio) :: Littoral de Porto vecchio : détail de micro falaise (20 à 50cm ) taillée dans l'accumulation des feuilles mortes de Posidonie accumulée durant l'hiver par les tempêtes. On considère que ces accumulations protègent le littoral et il est interdit de les enlever.à © François Saur (Porto Vecchio) :: Vue élargie du littoral et de saà micro falaiseà de posidonieà La posidonie est une plante sous marine et non une algue. Elle fleurit sous la mer et forme de vastes herbiers indispensables à l'écosystème marin deà la Méditerranée.© François Saur (Bonifacio) :: Les falaises calcaires de Bonifacio. Le calcaire est très impur : on observe les différents litsà légèrementà inclinés vers la mer. Les effondrements sont ombreux. De nombreuses cavernes creusées par les tempêtes qui mettent en valeur les lignes de faiblesse de ce conglomérat complexe et sont un aspect d'érosion différentielle. Le plateauà est colonisé par uneà végétationà fermée rase, amorce d'une garrigue. © François Saur (Bonifacio) :: Les éboulements qui montrentà l'extrêmeà fragilitéà de la falaise. Les différents lits duà dépôtà se voient clairement. à Le dépôt de couleur claire est un calcaire assez pur qui porte des traces d'érosion éolienne ; en grisé, c'est un conglomérat à ciment siliceux dà » à uneà sédimentationà de type récifal.à © François Saur (Bonifacio) :: Détail de la falaise : les lits de sédimentation sont ici très minces (moins de 50 cm), ce qui traduit unà dépôtà dans un milieu intertidal agité. Lesà dépôtsà de calcaire sont plus creusés que les autres et sont à la marque de la déflation éolienne. Laà garrigueà conquiert ce milieu. La formation végétale est ouverte, et particulièrement basse, car les conditions à offertesà par leà milieuà sont rudes. © François Saur (Batholite) :: Région desà aiguillesà de Bavella. Elles appartiennentà a un vaste batholite de roches magmatiques. Les granitoïdes affleurant du NW de la Corse au SE de la Sardaigne forment en effet un batholite d'une longueur d'environ 400 km (dont 150 km en Corse). C'est l'un des plus important d'Europe. © François Saur (Batholite) :: Les granites du batholite se sont mis en place entre -340 et -240 Ma (Carbonifère – Permien) . Les deux photos montrent un amas de blocs qui ont été découpés selon les lignes de diaclases. On nomme ces formes "tors". Elles sont de taille moyenne (décamétrique). Le granit est ici à grain très fin : c'est un leucocrate qui offre une bonne résistance à l'érosion d'où sa position en relief.

Contact

Leïla Vignal

Directrice du département
48 boulevard Jourdan - 6e étage, bureau 31
75014 Paris

leila.vignal@ens.psl.eu

Romain Leconte

Directeur des études
48 boulevard Jourdan - 6e étage, bureau 33
75014 Paris

romain.leconte@ens.psl.eu

Jean-Etienne Nguimbous

Gestionnaire administratif
48 boulevard Jourdan - 6e étage, bureau 34
75014 Paris

Tel. : 01 80 52 13 40

jean-etienne.nguimbous@ens.psl.eu

 

 

Plan