École normale supérieure

La France

L’estuaire de la Loire : Nantes, Brière, Saint-Nazaire


Les photographies présentées ici sont librement disponibles pour une utilisation pédagogique. En revanche, toute utilisation pour une publication ou reproduction sur un site Web ne peut se faire qu’à la stricte condition de citer la source et l’URL de cette page avec la date de consultation.

Pour accéder aux photographies et aux commentaires, il suffit de cliquer sur l’image.

Plusieurs articles peuvent venir compléter ces photographies :

Portfolio

(L'àŽle de Nantes) :: L'àŽle de Nantes est un territoire de 337 ha, situé à proximité du centre-ville de Nantes. Les chantiers navals Dubigeon y ont cessé leurs activités en 1987, laissant de vastes friches. Celles-ci font aujourd'hui l'objet d'un vaste projet de renouvellement urbain, qui vise renforcer la dynamique métropolitaine de la ville. © Magali Reghezza-Zitt, 2010 (Quai de la Fosse) :: L'àŽle de Nantes fait face au quai de la Fosse. L'alignement des maisons aux façades monumentales en tuffeau rappelle l'importance du port au XVIIIe siècle et la fortune des armateurs. Le port a fondé une partie de sa richesse sur le commerce triangulaire et la traite. Les mascarons, sculptures présentes sur les façades, rappellent les visages des esclaves. Les hôtels particuliers ont été bâtis sur des terrains marécageux : ils s'enfoncent, ce que montre l'inclinaison de certains d'entre eux. La mémoire de la traite sera conservée grâce au mémorial de l'abolition de l'esclavage. © Magali Reghezza-Zitt, 2010 (Projet de renouvellement urbain) :: L'àŽle de Nantes est un grand projet de renouvellement urbain, qui renvoie à la fois aux opérations de reconversion des friches industrielles et à l'aménagement des fronts d'eau et berges de fleuves (waterfronts), opérations qui se sont multipliées en Europe depuis les vingt dernières années. L'acte fondateur date de 1989, quand la nouvelle équipe municipale décide de protéger et de réhabiliter le bâtiment principal des chantiers navals. La première phase de travaux sera lancée en 2002. Sur la photographie, le projet concernant le site des anciens chantiers. © Magali Reghezza-Zitt, 2010 (Vélos durables) :: La disparition des activités liées au chantier a libéré de nombreux terrains qui font aujourd'hui l'objet d'opération de promotion immobilière. Au premier plan, les "bicloos", vélos en libre-service, qui rappellent l'importance des mobilités "douces". Le projet prévoit par ailleurs une ligne de transports en communs, qui desservira, en site propre, le quartier de Chantenay sur la rive nord-ouest et la gare SNCF (accès sud). © Magali Reghezza-Zitt, 2010 (Opération immobilière) :: Le projet d'aménagement prévoit 7000 logements et 300000 m2 d'activités économiques. Les porteurs de projet espèrent la création de 15000 emplois. © Magali Reghezza-Zitt, 2010 (Chantier) :: L'objectif des aménageurs est de respecter, d'intégrer et de mettre en valeur les différents types de patrimoine : historique, industriel, portuaire, architectural et naturel. Le site des chantiers est particulièrement important. Le bâtiment principal a été rénové dès 1989 et depuis 2006, les aménagements nés d'une première phase de travaux ont été ouverts au public. © Magali Reghezza-Zitt, 2010 (Grues) :: La patrimonialisation passe d'abord par le classement de certaines infrastructures remarquables. Ici, les deux grues titan ont été classées. © Magali Reghezza-Zitt, 2010 (Reconversion) :: Livrées en 2007, les nefs ont été totalement réhabilitées pour devenir l'atelier-galerie des machines de l'île.© Magali Reghezza-Zitt, 2010 (Brière) :: Le marais de Brière constitue un territoire à forte valeur écologique et paysagère, situé à quelques kilomètres du port de Saint-Nazaire. Son classement en tant que Parc Naturel Régional depuis 1970 permet d'en réglementer les usages afin de protéger les écosystèmes, d'où la faible occupation humaine que l'on peut constater sur la photo.© Aude Le Gallou (Saint-Nazaire) :: Vue aérienne de Saint-Nazaire et de l'estuaire de la Loire. © Aude Le Gallou (Saint-Nazaire) :: Une des formes de radoub du port de Saint-Nazaire. Ce type de bassin est dédié à la construction, à l'entretien et à la réparation des navires. Il est fermé par une écluse qui permet de contrôler le niveau d'eau présent dans la forme et de l'assécher complètement après l'entrée du bateau. © Aude Le Gallou (Saint-Nazaire) :: Outre ses activités maritimes, le port de Saint-Nazaire abrite une industrie de construction aéronautique. Certaines composantes des avions Airbus y sont fabriquées ; elles sont ensuite acheminées vers leur site d'assemblage (Toulouse ou Hambourg selon les modèles) au moyen de ce cargo spécifiquement construit pour Airbus, le " Ville de Bordeaux ". (cf reportage " Un bateau pour Airbus ", 2004). © Aude Le Gallou (Triangles) :: Suite de triangles sur la terrasse panoramique vue de l'écluse fortifiée. Cette oeuvre de Felice Varini, datée de 2007, appartient aux oeuvres de la biennale de l'estuaire. Elle mesure 2 km : les formes sont disposées successivement sur le haut et le bas d'une ligne horizontale qui ambrasse le paysage du port. © Magali Reghezza-Zitt, 2010 (Triangles) :: À partir d'un point de vue situé sur le toit de la terrasse, une forme peinte sur un seul plan apparaît. © Magali Reghezza-Zitt, 2010 (Guérande) :: Vue aérienne des marais salants de Guérande, avec la baie de La Baule en arrière-plan. On distingue les différentes parties des salines, depuis l'étier par lequel arrive l'eau de mer jusqu'aux Å“illets où le sel est récolté, après l'évaporation progressive de l'eau dans les bassins successifs. Les tas de sel coniques obtenus sont appelés " mulons ".© Aude Le Gallou (Guérande) :: Vue arienne du marais de Guérande. © Aude Le Gallou (La Baule) :: Au fond de la baie de la Baule, la plage du même nom s'étend sur plus de huit kilomètres entre les communes de Pornichet et du Pouliguen, dont on aperçoit le port de plaisance à droite. La station balnéaire de La Baule s'est développée à partir de la fin du 19ème siècle, grâce à la construction de villas et à la desserte par une ligne de chemin de fer ; elle attire alors essentiellement la bourgeoisie nantaise. Si des formes de tourisme plus populaires se sont aujourd'hui affirmées (présence de campings par exemple), la station reste très huppée, comme en témoignent ses palaces sur le front de mer. © Aude Le Gallou

Contact

Leïla Vignal

Directrice du département
48 boulevard Jourdan - 6e étage, bureau 31
75014 Paris

leila.vignal@ens.psl.eu

Romain Leconte

Directeur des études
48 boulevard Jourdan - 6e étage, bureau 33
75014 Paris

romain.leconte@ens.psl.eu

Jean-Etienne Nguimbous

Gestionnaire administratif
48 boulevard Jourdan - 6e étage, bureau 34
75014 Paris

Tel. : 01 80 52 13 40

jean-etienne.nguimbous@ens.psl.eu

 

 

Plan